Citation du mois

Citations du mois #1

Citation du mois.png

Vous retrouvez ici tous les mois, les citations que j’ai extraite des derniers romans lus. 

Pour cette première édition je vais mettre toutes les citations des mois d’avant. 🙂


Blue spring ride T1Blue spring ride de Io Sakisaka

« Savoir renoncer est aussi une force »


Aurielle et les super-héros de la littératureAurielle et les super-héros de la littérature de Cindy Duhamel

« Il s’agit en fait d’une sucession de plusieurs petites histoires de vie, triste ou dramatiques à cause d’une mauvaise décision. Par exemple on retrouve un jeune homme qui attend l’amour de sa vie, il reste dans son canapé à déprimer quand ses amis veulent l’emmener à une soirée et c’est justement à cette soirée qu’il aurait rencontré cette fille. Dans ce cas on ne peut que se dire « Ah c’est dommage », alors que la personne « aurait dû faire autrement ». A la fin de la chanson, le chanteur donne aussi la morale : « Vaut mieux vivre avec des remords qu’avec des regrettes ». »


B.O.A. T1 Loterie funesteB.O.A, tome 1 : loterie funeste de Magalie Laurent

« Et voilà. Ils sont piégés. Oxana ne connaît peut-être pas les membres du groupe depuis longtemps, mais elle sait qu’ils ont tous un point en commun : l’empathie. En plus d’être solidaires, ils craignent pour la vie des autres. Voilà comment Wolfe et Steel réussissent à les briser. »

« Ce qui veut dire qu’ils vont pouvoir nous saigner jusqu’à la dernière goutte… autant de fois qu’ils le souhaitent. Pour nous, la mort ne sera même pas une délivrance. »

« Elle soupire intérieurement en considérant tous les gens qui courent autour d’elle. Ils font pitié, et elle aussi, par la force des choses. Elle a constamment le moral dans les chaussettes, l’âme grise, à l’instar des immeubles qui défilent. Car tout est gris dans le Cellier. Les bâtiments, les routes, les gens également. Seul le bleu roi des fanions au-dessus des portes rompt la monotonie des lieux. Il indique qu’ici, c’est le quartier Est. Une bande du même bleu entoure d’ailleurs chacune des manches du manteau et des chandails rouges que les humains portent obligatoirement l’hivers. Oxana appartient à ce quartier, à ce Cellier, et elle n’en sortira jamais. »

« La mort, à ce moment précis, lui paraît bien attirante. Elle aimerait que celle-ci mette un terme au feu qui brûle son coeur et l’empêche de respirer. Mais il semble que la mort ne soit pas une possibilité pour elle. Elle est devenue immortelle. »


Perfect world T1
Perfect world, tome 1 de Rie Aruga

« Je te trouve admirable Ayukawa. Tu avais un rêve et tu l’as réalisé. Moi, j’ai laissé tomber. »


quantum 1 virtuousQuantum, tome 1 : Virtuous de M.S. Force

« C’est un rêve qui devient réalité. C’est lui, mon rêve devenu réalité. Le rêve que je n’aurais jamais osé voir incarné dans un seul homme. »

« Plus je passe de temps avec elle, plus je la désire. Je veux qu’elle soit à moi. Peu importe que je sois pas bien pour elle. Je peux changer. Je serai celui qu’elle me demandera d’être si cela me permet de l’avoir dans ma vie. »

« Oui, cette femme me met sens dessus dessous, et j’aime cette sensation. J’aime ce que j’éprouve quand je suis avec elle. J’ai envie de savourer cette émotion le plus longtemps possible. Une pareille idée est imprudente, quand on sait qui je suis – pas en public mais dans l’intimité. Je n’ai rien à faire avec quelqu’un comme Natalie. Pourtant, je suis déjà lié à elle. »

« Ma colocataire s’est moquée de moi pendant des semaines après mon arrivée parce que je donnais de l’argent à tous les pauvres gens que je croisais. Elle m’a expliqué que je serais fauchée avant Noël si je continuais sur ma lancée. J’ai donc cessé, mais j’ai le coeur brisé chaque fois que je passe devant un démuni, car j’aimerais pouvoir aider tout le monde. »


Ashley LoydAshley Loyd de Matthieu Elhacoumo

« C’est ce qui est arrivé, Maman. Tu vas être scandalisée par ce que je vais te raconter, par ce que certains camarades de ma classe ont osé me faire subir. »

 


L'adoptionL’adoption, tome 1 : Qinaya de Zidrou et Arno Monin

« Qui inventera une échelle pour mesurer l’amplitude des émotions dans le coeur d’une petite fille de 4 ans. »

« 37 559 victimes mortelles plus tard, le monde entier savait situer Arequipa sur une carte. Mais vous savez comment ça va… On s’émeut, on compatit, puis on oublie… »


IssabellaeIsabellae, tome 1 : L’homme-nuit de Raule et Gabor

« On ne devient vraiment un guerrier que lorsqu’on refuse un combat que l’ont sait pouvoir gagner. »


Le perroquetLe perroquet de Espé

« Je me demande si elle gagne des points sur une sorte de carte de fidélité. »


love redemptionLove redemption de Laura Brown

« Est-ce que personne ne savait ce que j’étais en train de traverser ? Apparemment, non. Et je n’avais pas la moindre idée de comment leur expliquer, comment leur montrer, leur faire comprendre à quel point j’étais sens dessus dessous. »

« Le savoir, c’est le pouvoir. Ne vis pas dans la peur de l’inconnu. »

« Quand on ne peut pas communiquer avec la majorité des gens, on s’accroche un peu plus longtemps aux personnes avec qui on peut communiquer. » » Règle d’or du guide de la perte d’audition : se fondre dans la masse. J’étais devenue très douée à ce petit jeu, au point de presque passer maîtresse dans l’art d’être invisible. Même pas besoin d’une cape magique. Prends ça Harry Potter. »


6Insaisissable, tome 1 : Ne me touche pas de Tahereh Mafi

« Peut-être que j’étais trop jeune et peut-être que je ne connaissais pas grand-chose à la vie, mais quelque chose chez toi m’a tout de suite attiré. Comme si j’avais juste envie d’être auprès de toi… Comme si tu avais cette… cette bonté… que je n’ai jamais trouvée dans mon existence. Cette douceur que je n’ai jamais connue à la maison. Je voulais juste t’entendre parler. Je voulais que tu me voies, que tu me souries. Chaque jour sans exception, je me promettais de te parler. Je voulais que tu saches. Mais chaque jour, j’avais la trouille. Et un beau jour, t’as disparu. J’avais entendu des rumeurs, mais je n’y croyais pas. Je savais que tu ne ferais jamais de mal à qui que ce soit. »

« J’ai passé ma vie coincée entre les pages des bouquins. En l’absence de relations humaines, j’ai noué des liens avec des personnages de papier. J’ai connu l’amour et la perte de l’être aimé au fil des petites histoires entremêlées dans la grande, j’ai vécu l’adolescence par association d’idées. Mon univers est un réseau d’entrelacs de mots, de membres liés à des membres, d’os à des muscles, de pensées et d’images enchevêtrées. Je suis constituée de lettres, un personnage créé par des phrases, un produit de l’imagination forgé par la lecture de romans. »

« Je me suis tellement préparée à une horreur inconcevable que la réalité se révèle presque pire.
L’argent sale dégouline des murs, une année de ravitaillement alimentaire gaspillée dans les sols en marbres, des centaines de milliers de dollars d’assistance médicale dépensés dans des meubles de luxe et des tapis persans. Je sens la chaleur artificielle souffler par les bouches d’aération et songe aux enfants qui crèvent d’envie de boire de l’eau potable. Je plisse les yeux sous les lustres en cristal et j’entends les mères implorer la pitié. Je vois un monde superficiel surgir au beau milieu d’une réalité terrifiante et ne peux plus bouger.
Je ne peux plus respirer.
Tant de gens ont dû mourir pour faciliter une telle opulence. Tant de gens ont dû perdre leurs maisons, leurs enfants et leurs cinq derniers deniers à la banque pour des promesses, des promesses… tant de promesses susceptibles de les sauver d’eux-mêmes. Ils nous ont promis.. Le Rétablissement nous a promis un avenir meilleur. Ils ont dit qu’ils régleraient la situation, qu’ils nous aideraient à retrouver le monde d’avant… Le monde des sorties au cinéma, des mariages au printemps et des fêtes de naissance. Ils ont dit qu’ils nous rendraient nos maisons, notre santé, un avenir écologiquement durable.
Ils ont tout pris. Ma vie. Mon avenir. Ma santé mentale. Ma liberté.
Ils ont rempli notre monde d’armes braquées sur nos fronts et souri en soufflant d’un coup seize bougies dans notre avenir. Ils ont tué ceux qui avaient la force de riposter et enfermé les montres qui n’étaient pas à la hauteur de leurs espérances utopiques. Les gens comme moi.
J’ai sous les yeux la preuve de leur corruption.
Ma peau est parcourue de sueurs froides, mes doigts tremblent de dégoût, mes jambes ne peuvent supporter le gâchis égoïste entre ces quatre murs. Je vois du rouge partout. Le sang des cadavres éclabousse les fenêtres, se déverse sur les tapis, ruisselle des lustres. »

« Ils voulaient croire qu’ils pourraient de nouveau se soucier uniquement des derniers potins, des vacances et des sorties du samedi soir. Alors, le Rétablissement à promis un avenir trop parfait pour être réalisable et la société était trop désespérée pour ne pas y croire. Les gens n’ont jamais compris qu’ils confiaient leur âme à un groupe déterminé à exploiter leur ignorance. Leur peur. »

« On n’a plus vraiment de saisons.
Les animaux meurent, les oiseaux ne volent plus, les cultures ont du mal à pousser, les fleurs n’existent pratiquement plus. Le climat est instable. Tantôt il fait 33°C en hiver. Tantôt il neige sans raison. On ne peut plus produire assez d’aliments, on ne peut plus maintenant suffisamment de végétation pour les animaux, et on ne peut plus nourrir les gens à leur faim. Avant le Rétablissement, les gens mouraient les uns après les autres à un rythme alarmant, mais on nous a promis qu’il existait une solution. Les animaux crevaient tellement de faim qu’ils étaient prêts à manger n’importe quoi, et les gens étaient si affamés qu’ils étaient prêts à manger des animaux empoisonnés. On se tuait en essayant de rester en vie. Le climat, les plantes, les animaux et notre propre survie étaient inextricablement liés. Les éléments naturels se sont déchaînés les uns contre les autres parce qu’on a maltraité notre écosystème. Maltraité notre atmosphère. Maltraité nos animaux. Maltraité notre prochain.
Le Rétablissement a promis de réparer tout ça. Mais même si la santé des gens s’est un peu amélioré sous le nouveau régime, davantage sont morts tués par une balle que la faim au ventre. »

« Je ne sais pas quand ça a commencé.
Je ne sais pas pourquoi ça a commencé.
Je ne sais rien de rien, sauf pour les hurlements.
Ma mère qui hurlait en comprenant qu’elle ne pourrait plus me toucher. Mon père qui hurlait en découvrant ce que j’avais fait à ma mère. Mes parents qui hurlaient quand ils m’ont enfermée dans ma chambre, en me disant que je devais leur être reconnaissante. De me nourrir. De traiter avec humanité cette chose qui ne pouvait absolument pas être leur enfant. De la distance nécessaire qu’ils avaient établie entre eux et moi. »

« Le monde ne l’a pas encore brisé. Une telle liberté dans l’ignorance ! »

« Mes yeux se focalisent sur la fenêtre et la promesse de ce que ça pourrait devenir. La promesse de quelque chose de plus grandiose, de plus génial, la justification de la folie qui grandit en moi, l’explication de mon inaptitude à faire quoi que ce soit sans tout détruire. Il y aura un oiseau aujourd’hui. Il sera blanc, avec des fils dorés comme une crête sa tête. Il volera. Il y aura un oiseau. »


Reine d'égypte T1Reine d’Egypte, tome 1 de Chie Inudo

« Pourquoi je suis une fille ? Je n’ai pas choisi de naître dans ce corps ! Les femmes sont-elles vraiment inférieures ? Pourquoi ne pourrais-je pas obtenir ce que je souhaite ? Est-ce que je suis trop ambitieuse ? »


acher's voiceArcher’s voice de Mia Sheridan

« Je me suis rendu compte que la façon de réagir des gens, c’était plus leur problème que le mien. ça m’a soudain frappé, comme la foudre, Bree. »

« C’est le cas parce que j’ai peur de t’aimer. J’ai peur que tu me quittes et de me retrouver à nouveau seul. Et que ce soit mille fois pire qu’avant, parce que je saurai ce que j’ai perdu. Je ne peux pas… Je voudrais pouvoir t’aimer mille fois plus fort que j’ai peur de te perdre, et je ne sais pas comment faire. »

« Je le comprenais, et cela me rendait dingue que toute cette foutue ville l’ait ignoré alors qu’en fait, il était incroyablement intelligent et tellement gentil, pour autant que je puisse m’en rendre compte ? Il n’aurait pas fait de mal à une mouche. C’était totalement injuste. »

« Son regard était à la fois perçant et circonspect, comme s’il ne savait vraiment pas ce que j’allais bien pouvoir faire, lui répondre ou le mordre, et qu’il se préparait aux deux éventualités. »

« Le malheur n’arrive pas aux gens parce qu’ils le méritent. Ça ne marche tout simplement pas comme ça. C’est juste… la vie. Et peu importe qui nous sommes, nous devons prendre sur nous pour supporter ce qui nous arrive et tenter d’avancer malgré tout, d’aimer, de garder espoir… de croire qu’il existe un but à notre séjour ici-bas. Et croire que ceux qui sont le plus blessés sont peut-être ceux qui dégagent le plus de lumière. »


hacker T1 dangereuse affinitésHacker, tome 1 : Dangereuses affinités de Meredith Wild

« Je fermai les yeux et essayai de le chasser de mes pensées – une tâche impossible. Il était partout, même quand nous n’étions pas ensemble. Et lorsque nous n’étions pas ensemble, je me languissais de le retrouver. A l’évidence, le sexe était hors pair. Quand nous ne nous ravagions pas l’un l’autre, être avec lui était toujours bien. »

« Je suppose que plus on vieillit, plus il devient difficile de changer sa vie pour quelqu’un d’autre. »

« Les yeux fermés, je me remémorai toutes les bonnes raisons que j’avais de ne pas m’abandonner à lui. Mais une ligne jaune existait avec Blake. D’un côté, je le désirais ardemment, et je parvenais à plus ou moins lui résister. Mais là, nous étions de l’autre côté de la ligne où j’étais à sa merci, impuissante face à sa détermination à me posséder. »

« – Disons que ce sera ton cadeau de bienvenue.
– Absolument pas. C’est ridicule.
– C’est le moins que je puisse faire. Après tout, je t’ai tout de même forcée à venir t’installer près de chez moi.
– En dessous, précisai-je.
– C’est bien ce qui me plaît. »

« Je frissonnai au ton rauque de sa voix. Pourquoi fallait-il qu’il soit aussi diaboliquement sexy ? On pouvait peut-être sauter le dîner et passer directement au dessert. »


confrérie de la dague noire 2 l'amant éternelLa confrérie de la dague noire, tome 2 : L’amant éternel de J.R. Ward

« C’est une partie de toi, pas toi tout entier ni tout ce que tu es et pas seulement ce que tu es. Et je t’aime. Avec elle ou sans elle. »

« Je déteste l’anonymat de l’acte. Je déteste les douleurs dans la poitrine après. Je déteste les odeurs sur mon corps et mes cheveux quand je rentre. Mais ce que je déteste le plus, c’est savoir que je vais de voir le faire encore parce que si je ne le fais pas, je pourrais blesser l’un d’entre vous. »

« C’est alors qu’il avait commencé à mourir à l’intérieur, et désormais, plus de cent ans plus tard, il ne ressentait quasiment plus rien, il n’était rien de plus qu’une enveloppe attrayante au charme stérile. »


cité 19 1Cité 19, tome 1 : Ville noire de Stéphane Michaka

« Enfant, tu as trop vu. Et voir est un aveuglement. »

« Ne sentez-vous pas une odeur de cadavre ? C’est que nous sommes ici au carrefour de tous les dangers. La Cité est le berceau de Paris, et de ce berceau s’élève une odeur de putréfaction et de mort ! »

« Pour la première fois, le mot « inconsolable » correspondait à quelque chose de réel pour Faustine. Elle comprit que certains mots devaient être appris deux fois : la première avec le cerveau, la seconde avec le coeur. »


avant toi tome 1Avant toi, tome 1 de Jojo Moyes

« Un partenaire. S’il est aimé, alors il aura envie de continuer. Sans amour, j’aurais sombré bien des fois déjà. »


forbidden - tabitha suzumaForbidden de Tabitha Suzuma

« Je refuse de laisser le monde extérieur nous condamner et détruire le plus beau jour de ma vie. Celui où j’ai embrassé le garçon qui hantait mes rêves depuis toujours. Sommes-nous condamnées à nous dissimuler derrière les portes closes et les rideaux tirés ? »


phobos 1 - victor dixenPhobos 1 de Victor Dixen

« Ici, pas de continents, pas d’océans. Juste les aplats rouges des plaines, les ombres rouges des montagnes, les failles rouges des canyons qui déchirent la planète comme des balafres mal cicatrisées. »


phobos 2 - victor dixenPhobos 2 de Victor Dixen

« Timidement, j’effleure du doigt ses abdominaux parfaitement définis. Un étrange florilège de phrases feuillues partent en épis, autour de son nombril plat, juste en dessous des tablettes de chocolat. »


autre-monde 1Autre-monde, tome 1 : L’alliance des trois de Maxime Chattam

« Peut-être, oui. Dieu n’est peut-être qu’un concept, pour définir l’énergie de la vie. Et si Dieu n’était qu’une étincelle, celle qui est au cœur de la vie, si Dieu était à l’image de la Terre : un être sans conscience réflexive, juste une énergie : cette électricité vitale à l’existence, le principe même de la vie ? »


autre-monde 2
Autre-monde, tome 2 : Malronce de Maxime Chattam

« Parce que le ciel c’est ça : les coulisses infinies de notre vie terrestre, l’écho quotidien de nos limites. »


autre-monde 3Autre-monde, tome 3 : Le coeur de la Terre de Maxime Chattam

« Car au fond de lui, même s’il commençait à croire en leur victoire, il savait que ce serait au prix de nombreuses vies. La violence deviendrait leur langage. »


couv74967841Phobos 3 de Victor Dixen

« Ce qui compte, ce n’est pas seulement la quantité de personnes qui survivront : c’est aussi la qualité de cette survie… »


couv9981040Phobos origines de Victor Dixen

« L’espace, pour moi, c’est la liberté… »


couv4850175Phobos 4 de Victor Dixen

« Je reste muettte, le diaphragme douloureusement bloqué. Moi qui pensais qu’une fois revenue sur Terre, je pourrais enfin souffler, je réaliser maintenant qu’il est trop tôt pour respirer. »


couv69387255Autre-monde, tome 4 : Entropia de Maxime Chattam

« La liberté de tous a un prix amer pour quelques-uns. »


couv46099715Autre-monde, tome 5 : Oz de Maxime Chattam

« Il espérait de tout son cœur que l’humanité ancienne n’ait pas produit de son vivant assez de matériaux nocifs ou poluants pour recouvrir toute la surface de l’Océan. Sinon l’humanité nouvelle ne tarderait pas à en payer le prix fort. »


Tout pour toi - sara agnès lTout pour toi de Sara Agnès L.

« Quelle question ! Avec toi, je dirais oui à tout ! »


Hors-pisteHors piste de Shopie Adriansen

« La blague du beau brun au yeux bleu clair déclenche l’hilarité général. Génial ! On peut donc avoir un physique de rêve et un humour pourri…. »


couv12529601 L’ombre du passé de Chrys Galia

« Enfant qualifié de précoce, je savais lire, écrire et compter bien avant ma première rentrée scolaire. Je n’imaginais pas que ce serait un handicap. »


005287350 Evolution 12 de June Mutti

« Pour la mère, il s’agit de son bébé, c’est un enfant, pas une bête de foire. »


couv20342521La confrérie de la dague noire, tome 1 : L’amant ténébreux de J.R. Ward

« Il prit une profonde inspiration et vida ses poumons dans un cri puissant. Le son vibra dans toute la pièce, résonna contre les portes, les armes au sol, le miroir de la salle de bains. Les bougies flamboyèrent furieusement, leurs longues langues de feu léchant les murs, avides de liberté et de destruction. Kolher hurla jusqu’à ce qu’il sente que sa gorge allait exploser et que sa poitrine le brûle. »


les filles au chocolat 1 coeur cerise - cathy cassidy Les filles au chocolat, tome 1 : Coeur cerise de Cathy Cassidy

« Et voilà que je m’apprête à démarrer une nouvelle vie, une vie qui paraît trop belle, trop parfaite pour être vraie. Une nouvelle maman, une vraie maison, une brochette de sœurs, une plage… et une roulotte de Gitans dans le jardin. Je ne peux plus m’arrêter de sourire. Je ne vois pas ce que je pourrais rêver de mieux…. »

4 commentaires sur “Citations du mois #1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s