Citation du mois

CITATIONS DU MOIS #4

Citation du mois

Vous retrouvez ici tous les mois, les citations que j’ai extraite des derniers romans lus. 


Reborn T1 disasterReborn, tome 1 : Disaster de Rachel Van Dyken

« Et je me remémorai comme dans un flash le regard inquiet de Weston quand il m’avait conseillé de ne pas me promener seule et de faire bien attention. Les violeurs se montraient-ils aussi soucieux de la sécurité d’autrui ? Il n’était pas coupable. C’était impossible, car il aurait facilement pu profiter de moi, or il n’en avait rien fait. Au contraire, il m’avait aidée. Pourtant, l’idée restait là, dans un coin de ma tête : et si…? »

« Vivre est difficile – mais mourir est aisé. Tu fermes les yeux et ne les rouvres plus jamais. Qu’est-ce qu’il y a de compliqué là-dedans ? Rien. Sauf que ça fait un mal de chien à ceux que tu laisses derrière toi. »

« – Le fait que tu aies besoin d’aide ne signifie pas que tu es faible. Les vrais faibles, dans la vie, sont ceux qui sont incapables d’admettre avoir besoin d’aide. Ceux qui n’avouent rien, même quand ils ne sont plus en mesure d’y arriver seuls. Eux, ce sont les vrais faibles. En te faisant aider, en acceptant cette aide, tu as admis ta faiblesse, et c’est là que tu trouves ta force. Les faibles de ce monde sont ceux qui se croient plus forts que tout et exhibent ce qu’ils prennent pour une force aux yeux des autres. »

« Je vais te donner un premier baiser tellement inoubliable que plus jamais tu ne voudras être embrassée par un autre. Quand l’homme dont tu tomberas amoureuse t’embrassera, il aura tout intérêt à te faire oublier ce fameux baiser, autrement cela signifiera qu’il n’est pas le bon. Car de mon côté, je vais faire ça bien, et je veux que celui qui gagnera ton coeur, qui le tiendra dans la paume de sa main… Je veux que cet homme soit capable de te faire ressentir ce que moi je vais t’inoculer maintenant. »

« Je déteste les sentiments qu’il m’inspire. Presque autant que je déteste ne pas pouvoir être avec lui tout le temps. Je tombe amoureuse, bien trop fort et bien trop vite. Que quelqu’un me rattrape, m’arrête, me traite de folle, me gifle… N’importe quoi, du moment qu’on ne me laisse pas espérer. »

« Je n’en avais parlé à personne encore, mais quand je songeais à 2014… Quand je pensais à la soirée du Nouvel An, eh bien je ne m’y voyais pas. Comme si j’étais une ombre qui n’existait plus mais observait la scène de loin. »

« – La vie est remplie de ces trois trucs-là.
– Trois ?
– « Si seulement, j’aurais dû, j’aurais pu. » »

« La dernière chose dont je me souvienne, c’est d’avoir pensé que je ne lui avait jamais dit que je l’aimais. Et c’était nul, parce qu’elle devait le savoir. J’allais mourir, j’étais déjà sans doute mourant, et la dernière pensée qui me traversa l’esprit, le dernier mot qui franchit mes lèvre fut « Kiersten » »

« – Quand je t’ai rencontrée… eh bien, tu m’as soigné. De l’intérieur, tout entier. Ensemble on a vaincu nos peurs, on a appris, on a ri et on a aimé. Je te jure, tu as fait battre mon coeur plus intensément au cours des mois écoulés que durant toute ma vie. »


Felicity Atcock T1 Les anges mordent aussiFelicity Atcock, tome 1 : les anges mordent aussi de Sophie Jomain

« J’ai pour habitude de dire que dans la vie, il y a deux genres de personnes : les gentils et les méchants.
Moi, par exemple, je suis une gentille de la catégorie des bonnes poires. »

« Le type, Greg, avait la libido complètement détraquée. Quatre ou cinq fois par jour, à la vitesse de la lumière, mais avec la force d’un bulldozer. A chaque fois, j’avais l’impression d’avoir été changée en boule de flipper. »


Wild men T1Wild men, tome 1 de Jay Crownover

« Lane avait raison, en ville c’est facile d’ignorer les choses les plus calmes de la vie, et pourtant ce sont celles sur lesquelles je devrais me concentrer. La vie à la campagne et sa sérénité me permettaient d’entendre beaucoup de non-dits qui flottaient dans ma tête, des mots qui demandaient à se faire entendre, des mots que j’avais choisi d’ignorer trop longtemps. »

« On ne pouvait pas manquer sa virilité. Je n’aurais jamais cru être le genre de fille qui avait les jambes en coton devant de gros muscles et un comportement autoritaire mais il se trouvait que ma libido n’était pas du tout d’accord. »

« – Je sais pleins de choses que les autres ignorent, Léo. C’était vrai. Il savait me repousser et m’attirer en même temps. C’était celui qui me donnait envie de courir à toute vitesse vers lui après un chagrin d’amour. C’était le seul qui voyait à travers toutes mes barrières habituelles et les franchissait comme si elles n’existaient même pas. Il savait que j’étais piquante et épineuse, il savait pourquoi, et mes épines ne semblaient pas le déranger le moins du monde. »

« Elle n’avait rien à redire. Car même si Cy n’était peut-être pas l’idée que je me faisais d’un cow-boy, il était complètement l’idée que je me faisais d’un héros. »


Coquins frissonsCoquins frissons de Chiara Vallée

« Quelle histoire s’imagine-t-il ? Scénarise-t-il aussi les jeux coquins qui nous ont mobilisés ensuite, avec Lilian, dans cet été qui s’égayait de jour en jour ? »

« Il n’aura jamais embrassé que mont front : au-dessus de la porte, il y avait écrit « Presbytère » »


Le chef de rang désenchantéLe chef de rang désenchanté de James Barbier

« L’avenir s’annonçait incertain, mais il ne pourrait pas être pire que le passé. »

2 commentaires sur “CITATIONS DU MOIS #4

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s