Premières lignes

PREMIÈRES LIGNES #24

Mes premières lignes

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage.


Hors-piste

Une semaine de colo de ski sans téléphone portable ! Voilà ce qui attend Marion. Comment survivre à cette épreuve ? Impossible de tenir une semaine sans contact avec ses amis !
À moins de rencontrer une étonnante camarade, des garçons mystérieux, des animateurs survoltés et de vivre la colo de toutes les expériences, en dehors des sentiers balisés…
Et si un tel programme parvenait à lui faire oublier totalement le collège… et même Grégory ?

 

PREMIÈRES LIGNES 

« Je suis dégoutée : je pars en colo. L’année dernière, j’avais pourtant fait promettre aux parents que c’était la dernière fois, mais il paraît que j’ai « particulièrement besoin de faire du sport » et que l’air de la montagne me « fera du bien ».
– Tu devrais plutôt te réjouir ; c’était ça ou passer tes vacances d’hiver à réviser ton brevet.
Est-ce que c’est du chantage ? ça fait des mois qu’on ne me parle que du brevet… Mais mes notes sont bonnes, et mes parents le savent !
Sauf que le sport, l’air glacé, j’aurais préféré aller les chercher à la patinoire de la ville, où Grégory va tous les samedis. Et puis, la colo, c’est tellement aléatoire : les camarades de chambres, les anim’, la météo… On ne peut jamais prévoir. La patinoire, au moins, je sais avec qui j’y vais, et je sais qui j’y retrouve. Ce qui me dégoûte encore plus, c’est que les téléphones portables sont interdits dans cette colo. « Déconnexion totale, ça aussi ça te fera du bien. » J’ai un portable depuis deux ans, et mes parents jugent que je l’utilise trop. Ce qui est faux : je l’utilise seulement lorsque c’est nécessaire, et je n’y peux rien si c’est nécessaire souvent ! Et mes parents se trompent : ça ne me fera aucun bien de passer une semaine sans nouvelles du collège, car le collège, c’est toute ma vie.

La voyage se fait de nuit. Pour une fois, j’ai attendu dans ma chambre qu’arrive l’heure d’aller prendre le car. Avant, je ne coupais pas au rituel du jeu de société en famille, mais franchement, à quatorze ans, j’ai passé l’âge !
Mes parents ne skient pas. Mon père n’est pas sportif, et ma mère n’aime pas le froid.  Lorsque j’ai eu sept ans, ils ont décidé que ce n’était pas une raison pour me priver de ce qui ne pouvait être qu’une plaisir pour la petite fille que j’étais. Et hop, dans le car !
Sauf que, moi non plus, je n’aime pas le ski, et j’ai des raisons : quantité invraisemblable de couches de vêtements qu’on doit empiler, avec des combinaisons trop larges, aux jambes trop courtes, qui font ressembler à un quartier de pomme de  terre ; tire-fesses qui propulsent à un mètre du sol sans prévenir , fous qui foncent sans regarder devant eux ; copains qui ne sont jamais loin au moment précis où on rate une bosse ; neige qui se glisse pile entre les gants et les manches de la  veste… »

2 commentaires sur “PREMIÈRES LIGNES #24

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s