Premières lignes

PREMIÈRES LIGNES #28

Premières lignes

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage.


phobos 1 - victor dixenSix prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

 

PREMIÈRES LIGNES 

«  »LEONOR QUE RESSENTEZ6VOUS AU MOMENT DE QUITTER LA TERRE POUR TOUJOURS ? »
« Léonor, est-ce que vous avez hâte ? »
« Léonor, est-ce que vous avez peur ? »
« Leonor ! »
« Léonor !! »
« Léonor !!! »
Des centaines de bras prolongés de perches et d’appareils photo se tendent vers moi comme des tentacules, au-dessus des épaules en uniforme qui essayent de les contenir.
Un journaliste parvient à forcer le cordon d’agents de sécurité pour me coller sous le nez son micro et ses yeux de rapace, bleus, perçants.
« Une dernière déclaration, Léonor ?… demande-t-il avec un sourire carnassier. Des regrets, peut-être ?…
– Non aucun, et vous ? » je réponds en amorçant un geste du majeur, que je rectifie de justesse en V de la victoire.
C’est de la provoc ou quoi, me demander si j’ai des regrets juste avant le départ ? Qu’est-ce qu’il cherche, ce vautour – des pleurs, des coups ? Il n’aura ni l’un ni l’autre. Serena nous a bien prévenues que les journalistes, tenteraient de nous pousser dans nos derniers retranchements, pour faire le scoop. Il faut dire qu’ils ont les crocs : ça fait un an qu’ils attendent qu’on leur dévoile enfin les sélectionnés, car notre année de formation s’est déroulée à l’abri des caméras, dans le plus  grand secret. Aujourd’hui, c’est la première fois qu’ils nous voient en chair et en os, et c’est aussi la dernière : dans quelques instants nous allons décoller pour ne jamais revenir. Du coup, ils en veulent un max. C’est bien connu, la photo d’un visage décomposé se vend toujours mieux. Pas question de me laisser manipuler par un paparazzi qui veut vendre mes larmes à prix d’or : je dégaine mon plus beau sourire, celui que je répète tous les matins dans la glace depuis que j’ai signé avec mon sponsor, la maison de luxe Rosier & Merceaugnac.
Puis je m’arrache à la meute qui hurle mon nom et je m’élance dans l’escalier menant à la plateforme d’embarquement, mes longs cheveux roux soulevés par la bras qui vient de la mer, au bout de la base de cap Canaveral. Je gravis les trois dernière marches en me répétant mon nouveau mantra : Tu es un mannequin Rosier maintenant, Léo, tâche d’avoir la classe« 

5 commentaires sur “PREMIÈRES LIGNES #28

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s