Premières lignes

PREMIÈRES LIGNES #30

Premières lignes

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage.


The mortal instruments T1 la cité des ténèbresClary n’en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et détail terrifiant: le corps de la victime a disparu d’un seul coup!

Mais le pire reste à venir…Sa mère a été kidnappée par d’étranges créatures et l’appartement complètement dévasté.

Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d’antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d’ombres… Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

 

PREMIÈRES LIGNES 

« – Tu plaisante ! Dit le videur en croisant les bras sur son torse massif.
Il baissa les yeux vers le garçon au sweat-shirt rouge et secoua sa tête rasée :
– Tu ne vas pas entrer avec ce machin.
La cinquantaine d’adolescents qui patientaient en file indienne devant le Pandémonium tendirent l’oreille. L’attente était longue avant d’entrer dans le club, surtout le dimanche, et, en général, il ne se passait pas grand-chose dans la file. Les videurs étaient du genre coriace et ne rataient pas ceux qui avaient l’air de chercher la bagarre. Comme tous les autres, Clary Fray, quinze ans, qui était venue avec son meilleur ami, Simon, se pencha pour mieux entendre dans l’espoir qu’un peu d’action surviendrait.
le gamin brandit l’objet en question au-dessus de sa tête. On aurait dit un pieu en bois, très pointu :
– Allez ! ça fait partie du costume.
le videur leva un sourcil :
– Ah bon ? Et tu es déguisé en quoi ?
Le gamin sourit « Il est plutôt banal pour le Pandémonium », songea Clary. Ses cheveux teints en bleu électrique se dressaient sur sa tête comme les tentacules d’un poulpe effarouché, mais son visage n’arborait aucun tatouage ni piercing sophistiqué.
– En chasseur de vampires.
Il tordit le pieu comme un brin d’herbe dans sa main :
– C’est bon, passe.
Le gamin se faufila comme une anguille à l’intérieur. Clary admira le mouvement de ses épaules et sa façon de rejeter ses cheveux en arrière. Nonchalant, voilà l’adjectif que sa mère aurait employé pour le décrire.
– Il t’a tapé dans l’oeil, pas vrai ? demanda Simon d’un ton résigné.
Clary le gratifia d’un coup de coude dans les côtes, mais ne répondit pas. »

2 commentaires sur “PREMIÈRES LIGNES #30

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s