Premières lignes

Premières lignes #74 : L’appel du Renard #1

L'appel du renard #1 - PL.png

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage.


Prologue

Tom trébucha sur une racine et, aussi simplement que cela, comprit que ses maigres chances de survie venaient de s’envoler. Incapable de s’orienter dans le labyrinthe des sous-bois opacifié par la nuit, il se contentait de fuir aussi rapidement que ses muscles épuisés le lui permettaient , et ce depuis de longues minutes. Lucide, il avait su dès le début de cette course que la moindre erreur de parcours lui serait fatale.
Derrière lui résonnaient des grondements sourds et bestiaux. Un écho déformé de son propre  souffle, qu’une course effrénée avait transformé en inspirations courtes et rauques. Le martèlement de la cavalcade emplissait les voûtes de la forêt et faisait craquer les branches tout autour d’eux.
De toute façon, qu’aurait-il pu faire d’autre que de cavaler pour tenter de sauver sa vie ? Se laisser tomber et attendre tranquillement la fin ? Hors de question. Même s’il n’y croyait plus vraiment, tant qu’il tenait debout, une petite chance de s’en sortir subsistait peut-être? Quitte à forcer un peu le destin.
Tom Hawkins avait toujours été un battant, refusant de céder les rênes de sa vie à quiconque. Son esprit fugua brièvement loin de cette forêt aussi obscure qu’une tombe. Entre deux respirations brûlantes, il repensa ^ses éternelles prises de bec avec ses parents. Ses parents qui auraient aimé le voir reprendre la ferme familiale alors que lui ne vivait que pour l’étude de ses précieuses chauves-souris.
L’ironie de la situation le frappa de plein fouet. Sans son obsession pour la migration inexpliquée d’une colonie de Lasiurus cinereus, il n’en serait pas là, à courir comme un dératé, poursuivi par il-ne-savait quelle bête sauvage. Pour une fois qu’il aurait dû écouter son père. Il entrevit également le visage de Sandy. Sandy qui n’allait pas tarder à terminer son service dans ce petit café du campus où ils s’étaient rencontrés. Sandy qui attendrait son coup de téléphone en rentrant, un appel qui ne viendrait probablement jamais. elle ne comprendrait pas. Il se pourrait même qu’elle pense que Tom l’avait abandonnée sans un mot. Elle le maudirait; à moins qu’elle ne finisse par apprendre sa mort par hasard, dans un journal quelconque.

pingouin pomme 1

4 commentaires sur “Premières lignes #74 : L’appel du Renard #1

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s