Premières lignes

Premières lignes #82 : La faucheuse

La faucheuse - PL.png

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage.


Nous sommes tenus, par la loi, de conserver une trace écrite des innocents que nous tuons.
Et à mon sens, ils sont tous innocents. Même les coupables. Tout le monde est coupable de quelque chose, et tout le monde recèle une part d’innocence qui remonte à l’enfance, quoique ensevelie sous des couches et des couches de vie. Les hommes sont innocents ; les hommes sont coupables. Ces deux dispositions sont indéniablement avérées.
Nous sommes tenus, par la loi, de conserver une trace écrite.
Tout commence le premier jour de notre apprentissage. Officiellement, nous ne parlons pas de « meurtre ». D’un point de vue social ou moral, ce ne serait pas correct. Nous employons le terme « glanage », en référence à une époque très ancienne où les pauvres passaient derrière les moissonneurs dans les champs pour ramasser les épis de blé qui leur avaient échappé. Ce fut la première forme de charité. Le travail d’un faucheur est similaire. Les faucheurs rendent un service crucial à la société. C’est ce qu’on professe à chaque enfant en âge de comprendre. Dans le monde moderne, notre oeuvre est ce qui se rapproche le plus d’une mission sacrée.
Peut-être est-ce pour cela que nous sommes tenus, par la loi, de conserver une trace écrite. Un journal public, testament auprès de ceux qui ne mourront jamais, et de ceux qui ne sont pas encore nés, des raisons pour lesquelles nous autres, êtres humains, agissons de la sorte. Nous avons pour consigne de coucher sur papier non seulement nos actes, mais aussi nos ressentis, car il est impératif de montrer que nous avons des sentiments. Des remords. Des regrets. Un chagrin incommensurable.
Parce que, si nous n’éprouvions pas toutes ces émotions, cela ne ferait-il pas de nous des monstres de la pire espèce ?

Extrait du journal de bord
de l’Honorable Dame Curie

pingouin pomme 1

Un commentaire sur “Premières lignes #82 : La faucheuse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s