Premières lignes

Premières lignes #96 : Si seulement

Si seulement - PL.png

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage.


Chapitre 1

Lorsque j’ouvre les yeux, encore allongée sur mon lit, je contemple le plafond un instant et fais un rapide tour d’horizon : ma chambre est toujours la même, les rayons du soleil illuminent la pièce comme à l’accoutumée, le poster de Bruno Mars me fixe comme chaque matin, et pourtant, ce n’est pas un jour comme les autres. C’est enfin mon dernier jour à Madison ! Cette ville où je suis née et qui a vu grandir mes rêves en même temps que moi.
J’ai travaillée tellement dur, ces dernières années, pour être à la hauteur de mes ambitions que ça rend ce dernier jour spécial. Depuis que je suis toute petite, mon seul désir est d’entrer dans la prestigieuse université de Yale, et ses portes m’ouvrent enfin les bras. Des photos de moi, haute comme trois pommes, un sourire éclatant, avec les pulls floqués du logo de l’université trônent sur le mur de ma chambre, un véritable présage de l’avenir qui devient enfin mon présent. Mon parcours était sans doute déjà tout tracé, je voulais marcher dans les pas de mon père, un prestigieux avocat spécialiste des droits de l’homme. Je ne sais pas encore si c’est cette voie que je choisirai mais cela reste une option que j’envisage. Très pris par sa carrière internationale, il sera malheureusement absent pour ma rentrée, occupé à prendre la défense d’un journaliste américain emprisonnée en Iran condamnée pour incitation à l’apostasie, et qui risque la peine de mort. Quant à ma mère, qui oeuvre  pour des associations caritatives à l’autre bout du monde, elle sera également absente. Mais je ne leur en tiens pas rigueur, j’ai très vite appris à vivre au rythme de leurs départs réguliers et je suis fin prête à prendre mon destin en main comme une grande.
Fini de rêvasser sur l’oreiller, il est temps de savourer les douze prochaines heures comme si c’était un champagne millésimé que je venais de déboucher. Ne pas en perdre une goutte ! 
J’enfile une longue robe blanche aux motifs fleuris, m’assieds devant le miroir de ma coiffeuse, me brosse les cheveux en essayant de choisir une coiffure digne de ce nom mais, lorsque j’entends une voiture klaxonner devant l’entrée, j’opte finalement pour un chignon et me précipite pour rejoindre mon meilleur ami, Cory. C’est mon double au masculin, on aime les mêmes choses, on a les mêmes goûts en matière de films et on partage le même humour. Son père travaille avec le mien depuis une dizaine d’années. C’est donc tout naturellement que nous avons grandi ensemble. SI nous sommes semblables sur bien des points, il y en a pourtant un sur lequel nos avis divergent : nos ambitions. Si j’ai fait le choix de Yale avec la conviction de changer le monde, Cory, lui, a une âme plus littéraire et s’est donc tournée vers Princeton, au grand dam de son père, qui aurait préférée une université telle que Yale ou Harvard.
Étant donné que nos chemins sont sur le point de se séparer, nous avons décidé de passer cette dernière journée ensemble.

pingouin pomme 1

Un commentaire sur “Premières lignes #96 : Si seulement

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s