Premières lignes

Premières lignes #101 : Le feu de la sor’cière

Le feu de la sor'cière - PL

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage.


Préambule au feu de la sor’cière

par Jir’rob Sordun, D.F.S. M. d’A.,
directeur des études universitaires – U.D.B.

Tout d’abord, sachez que l’auteur est un menteur.
Assimilez bien ce fait avant de poursuivre votre lecture. Gardez_le sans cesse à l’esprit tandis que vous parcourez cette traduction. l’auteur tentera de confondre votre raison, d’obscurcir votre jugement. Méfiez-vous des nombreux pièges qu’il vous a tendus.
Ce document a été proscrit voici cinq siècles. Il fut un temps où déchiffrer ne serait-ce que sa première page était passible d’éxécution. Aujourd’hui, en cette époque plus éclairée, maints érudits pensent encore que les Parchemins Kelvish devraient être détruits jusqu’au dernier exemplaire. Je fais moi-même partie de ce cercle.
Dans ces conditions, vous devez vous demander pourquoi je rédige le préambule de ce vil document – le premier d’une longue série.
C’est le bon sens qui m’y oblige. Bannir et brûler ces écrits n’a jamais permis de les éradiquer. Des copies manuscrites, des traductions mémorisées, des extraits cryptés et moult autres incarnations des parchemins ont survécu à toutes les purges. Pour notre plus grand chagrin, nous avons fini par réaliser que le seul moyen d’endiguer cette abomination était de la réguler : c’est_à_dire de restreindre son accès aux personnes instruites de ses  dangers. Ainsi pourrions-nous neutraliser les mensonges, les fables et les demi-vérités dont elle regorge.
Voilà pourquoi cette version des Parchemins est proposées aux étudiants de troisième cycle – et seulement à eux. Votre professeur a reçu la formation appropriée pour vous guider dans votre lecture. Ne vous avisez pas d’ouvrir ce livre sans sa supervision. Ne prenez pas d’avance sur le programme qui vous a été communiqué. Ne prêtez cet ouvrage à aucun de vos proches, à moins qu’il suive le même cours.
Depuis plus de dix ans, notre étroite surveillance a permis de minimiser les rumeurs qui courent au sujet des Parchemins. Rien de tel que l’austérité des exigences universitaires pour dissiper l’excitation suscitée par un ouvrage proscrits.
Il existe, dans d’autres contrées, des dizaines de traductions bâtarde du premier Parchemin. Mais celle que vous tenez entre vos mains a été réalisée à partir du texte original, voici presque trois siècle. À notre connaissance, c’est la plus fidèle de toutes. Qui était l’auteur du texte original ? Qu’est devenu le manuscrit rédigé de sa main ? À ce jour, cela demeure un mystère.
Il est fort probable que jamais vous ne disposerez d’une version plus proche de l’abomination initiale. Seuls quelques étudiants de troisième cycle triés sur le volet sont invités à suivre ce cours. C’est à la fois un grand honneur et une immense responsabilité. Votre lecture achevée, on vous expliquera quel comportement adopter lorsqu’on vous interrogera au sujet de cet ouvrage.
Car les non-initiés ne manqueront pas de vous bombarder de questions. Aussi, prenez garde. Une vive curiosité entoure toujours ce document chez les pauvres et les ignares ; un de vos objectifs prioritaires consistera à l’apaiser. Nous vous enseignerons des méthodes adéquates pour endormir l’intérêt d’autrui.
Soyez prudent. Et de jour comme de nuit, dans la veille comme dans vos rêves, souvenez-vous…
L’auteur est un menteur.

pingouin pomme 1

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s