Premières lignes

Premières lignes #105 : Tout près d’ici

Tout près d'ici - PL

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage.


Un pour la peine

L’odeur de chlore avait toujours rappelé l’été à Magpie Lewis, de même que l’été lui évoquait une époque infiniment plus heureuse, avant que tout se mette à mal tourner dans sa vie. L’été dernier, sa soeur était à la maison, son père se faisait discret, sa mère ne buvait pas et Magpie avait passé trois mois inoubliables sur un matelas gonflable en forme de part de pizza dans leur petite piscine hors-sol, accompagnée de son ex-meilleure amie Allison, elle sur un cygne blanc géant. À présent, le cygne était tailladé de coups de rasoir et la pizza dégonflée. En voulant souffler  sur l’embout du flotteur, Magpie sentit monter des odeurs chimiques, mais aussi des relents de crème solaire, de sueurs, de regrets, et elle recula pour essayer de les cracher.
Sa peau se mit à la picoter sur le dos de la main, où elle avait répandu la poudre de chlore. Elle avait cherché sur internet. (Est-ce que la poudre de chlore sur la peau ça peut vous tuer ? Malheureusement, la réponse était non.)
Elle avait passé la main quelques minutes sous l’eau glacée du tuyau d’arrosage, si bien qu’à présent elle ne sentait plus du tout ,ce qui valait mieux que des picotements.
Finalement, elle trouva une vieille pompe à vélo dans le garage et l’emporta dans le jardin où elle s’assit en tailleur sur la pelouse. Après avoir servi quotidiennement les trois mois de l’été, le matelas pizza s’était quelque peu décoloré ; elle avait presque l’impression d’y voir des traces de sa silhouette mais, grâce à la crème solaire indice 50, elle n’avait pas bronzé du tout.
En principe, on ne devait pas se baigner après avoir ajouté du chlore dans la piscine, mais c’était le 1er mai et il faisait une chaleur incroyable pour le Nouvelle-Angleterre, on se serait plutôt cru en plein mois de juillet ; en outre, Magpie effleurait à peine l’eau depuis son perchoir. Si elle était honnête avec elle-même, elle devrait reconnaître qu’elle espérait plutôt que la piscine, ou le matelas, ou un mélange des deux aillaient agir comme une machine à remonter le temps et la renvoyer à une époque où son coeur n’était pas constamment si serré.

pingouin pomme 1

2 commentaires sur “Premières lignes #105 : Tout près d’ici

Répondre à Fifty Shades Darker Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s