Dystopie·Young adult

2105 : Mémoire interdite • Anouk Filippini

2105 _ Mémoire interdite

En 2105, il n’existe plus que deux classes sociales: les Lastings –des privilégiés qui à l’adolescence reçoivent un sérum leur permettant de vivre 400 ans–et les Vulnérables, les citoyens ordinaires. Une fois par an, un grand concours est organisé pour permettre à des jeunes Vulnérables de recevoir le précieux sérum. Les épreuves portent sur leurs capacités cérébrales.Contre l’avis de sa mère, la jeune Sophìa décide de participer, mais elle est bientôt assaillie par des visions troublantes qui semblent surgir d’une époque taboue pour le gouvernement mondial: les années 2000. Ces souvenirs sont implantés en elle sous forme d’un virus, mais la jeune fille pourrait y trouver des informations cruciales sur son passé et celui de son monde.Pour survivre, Sophìa va devoir choisir entre la mémoire et l’oubli…


3.5/5 – SAVOIR NOTRE HISTOIRE, C’EST ÉVITER DE REPRODUIRE LES MÊMES ERREURS ! 😉

J’ai aimé : Histoire prenante
J’ai moins aimé : Fin flou, long à mettre en place

Je remercie les Éditions Auzou pour cette lecture. J’ai été surprise dès le début par l’univers qui est proposé dans cette dystopie. Un message de fond fort sur l’importance des souvenirs, est mise en avant du début à la fin et c’est justement ce qui m’a beaucoup plu.

Sophie est une jeune adolescente, mais différentes des siens. Dans son monde, il existe les Lastings, qui vivent quatre cents ans et les Vulnérables comme elle, qui ne dépasse pas les cent ans. Problème, Sophie a toujours vécu entouré de Lastings, à cause du métier de sa mère. À force de vivre dans ce quartier de Lasting, de traîner avec sa meilleure amie qui en est une, elle a voulu en devenir une elle aussi.

C’est pour cela qu’elle va vouloir participer au Slamb. C’est une sorte de concours pour les Vulnérables, basés sur différents tests intellectuels. Au terme de ce dernier, un Vulnérables pourra recevoir un sérum, afin de devenir également un Lasting.

2105 _ Mémoire interdite - Citation

Mais un mystère plane dans cet univers. Sophie a toujours été passionnée par les années 2015. À cette époque, son arrière-arrière-grand-mère avait également quinze ans, comme elle. Le souci, c’est que les années 2000 sont taboues et rares sont les personnes qui ont accès aux archives de cette époque.

J’ai bien aimé l’histoire qui est prenante et sympathique. C’est un univers dystopique basique, mais avec un message de fond intéressant et une plume prenante.

Sophie est loin d’être justement le personnage-type de la révolutionnaire qu’on peut voir dans beaucoup de dystopie, loin de là. C’est ce qui, à mes yeux, rend justement cette histoire d’autant plus intéressante.

Par compte, j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire au début, mais cela valait le coup de persister, car au final, une fois bien rentrée dedans, on se sent rapidement pris dans l’histoire.

Si je devais citer un petit défaut à l’histoire pour moi, c’est la fin. Je restais justement sur ma faim. J’avais une impression d’inachevée. J’aurais aimé qu’on m’en dise plus, en savoir plus.

En bref, c’est une bonne dystopie prenante qui respecte les codes de son genre et cela marche parfaitement. Malgré une fin qui m’a un peu frustré et un début difficile, l’histoire était captivante et l’héroïne intéressante !

Pour acheter et lire ce roman, clique sur les liens ci-dessous 🙂
Broché

Pommy signature

Un commentaire sur “2105 : Mémoire interdite • Anouk Filippini

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s