Premières lignes

Premières lignes #154 : Rapaces

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage.


1

Le train s’arrête brusquement, comme si le conducteur de la locomotive, d’abord tenté de franchir la gare de Rotenheim à toute vitesse, ne s’était résolu à actionner le frein qu’à la toute dernière minute.
« On comprend pourquoi », observa Jonas, que la secousse avait pourtant failli jeter par terre.
Du gris, rien que du gris. les rues, les maisons, le temps, tout était gris. Et contrastait singulièrement avec les photos de la brochure sur papier glacé que la très prestigieuse Victor Franz Hess Private University lui avait fait parvenir en même temps qu’une invitation personnelle assortie du formulaire d’inscription.
Serrant un peu plus fort sa valise en aluminium dans sa main, Jonas épaula son sac à dos et descendit sur le quai. Une bruine fine et flacée le transperça aussitôt.
Pas de trace des Müller. « Ben tiens », songea Jonas avec amertume. Pour une fois que le train était à l’heure, sa famille d’accueil avait trouvé le moyen d’être en retard ! D’ailleurs, le contraire l’aurait étonné : cela n’aurait été conforme ni au paysage ni à l’invariable morosité de son existence en général.

Pommy signature

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s