Mangas

La déchéance d’un homme #1 • Junji Ito et Osamu Dazai

Yôzô Ôba souffre énormément du regard que les autres portent sur lui et ne comprend pas le bonheur de son entourage. La solution qu’il finit par trouver pour s’en guérir : se transformer en bouffon. C’est ainsi que s’écoulent ses jours, à se vouer à ce rôle de clown empli de souffrance. « Extérieurement, le sourire ne me quittait pas intérieurement, en revanche, c’était le désespoir. »


4/5 – UN TITRE SOMBRE ET BOULEVERSANT 😰

Les plus : La puissance des mots et du dessin
Les moins :

Pour un public averti, contient des scènes violentes

Un titre qui m’a intrigué, mais j’ignorais à quoi m’attendre. Pourtant, dès que je l’ai ouvert, j’ai été fascinée par les premières pages !

Yôzô Ôba souffre du regard qu’on porte sur lui. Ils n’aiment pas les gens, il ne supporte pas les hommes, comme il le dit si bien, ils sont plus effrayants que les esprits. De ce fait, il a trouvé une solution pour essayer de s’adapter, il fait en sorte d’être le clown de service.

Il passe son temps à faire semblant d’être un idiot. Il veut qu’on rie de lui, c’est une manière de combler le vide qu’il ressent au fond de son être. Pourtant, il a beau rire et faire le clown, une énorme tristesse envahit cet homme !

Il s’agit d’une histoire bouleversante, qui ne doit clairement pas être lu la nuit et quand vous êtes déprimé ! Le style de dessin correspond parfaite à cette histoire sombre et nous plonge dedans avec perfection. L’histoire est puissante, certaines paroles du personnage principal résonnaient même en moi parfois.

En bref, c’est un titre vraiment intrigant et en même temps sombre. L’histoire est déstabilisante, prenante et m’a touchée en plein cœur. Je pense que je me souviendrais de cette lecture pendant un moment !

Pour acheter et lire ce manga, clique sur le lien ci-dessous 
La déchéance d’un homme, tome 1

Pommy signature

11 commentaires sur “La déchéance d’un homme #1 • Junji Ito et Osamu Dazai

  1. J’ai vraiment eu du mal avec la noirceur du titre et son traitement des femmes perso. En plus, j’ai trouvé que le mangaka ne montrait pas vraiment ce dont il était capable graphiquement comme dans Spirale par exemple où il était bien plus marquant !

    Aimé par 1 personne

    1. La spirale je ne l’ai pas lu, mais il pourrait me plaire. En effet, comme toi le traitement des femmes ou même du personnage principal me dérangeait, mais ce côté dérangeant me plaisait en même temps, car il me donnait l’impression de dénoncer, pointer quelque chose du doigt

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s