BD·Science-fiction

Ceux qui restent (Alter #2) • Philippe Pelaez et N.G. Laval

Une réalité alternative terrifiante permettra-elle à l’humanité de réfléchir sur ses erreurs passées ? 2082 Une planète inconnue, un climat glaciaire, une atmosphère viable, mais un environnement hostile. Alors que deux de ses hommes viennent de disparaitre, victimes d’êtres monstrueux à l’aspect vaguement humain, le commandant Sylan Kassidy ne peut que se rendre à l’évidence : l’Hybris ne peut pas repartir. Assailli par les créatures qui trouvent le moyen de pénétrer dans le vaisseau minier, faisant une victime supplémentaire, l’équipage est obligé de s’enfuir à bord d’une navette de secours. Depuis le début de leur mésaventure, les hommes et les femmes de la mission Orus restent en contact radio avec la terre. Leur interlocuteur privilégié ? Le président des États-Unis, Ashton Saint-John, qui voit d’ailleurs dans l’épopée du commandant Kassidy une formidable opportunité pour l’humanité, sur Terre. Car celle-ci se meurt, victime de la folie des hommes qui
n’ont eu de cesse de s’entretuer depuis des décennies, depuis 2070, lorsque le président Lyndon Cooper, opposé à l’alliance sino-russe, a fait le choix de la guerre bactériologique et chimique, de la guerre nucléaire.

➤ Tome précédent : Tome 1

 ✔️ Saga terminée
Lire la suite « Ceux qui restent (Alter #2) • Philippe Pelaez et N.G. Laval »
BD·Science-fiction

Ceux qui partent (Alter #1) • Philippe Pelaez et N.G. Laval

Ceux qui partent (Alter #1)

2082. Le vaisseau minier Hybris s’est échoué sur une planète hostile, au climat glaciaire, et peuplée de créatures agressives. Deux hommes de l’équipage viennent de disparaître, victimes de ces êtres monstrueux. En contact radio permanent avec la Terre et le président des Etats-Unis, le commandant Sylan Kassidy réalise à son grand effroi qu’ils sont prisonniers d’un espace-temps terrifiant, dont la frontière est semblable à l’Enfer de Dante : vous qui y entrez, perdez toute espérance…

Lire la suite « Ceux qui partent (Alter #1) • Philippe Pelaez et N.G. Laval »